29 mai 2018

5 questions à Owen Chapman

Owen Chapman est un artiste sonore et professeur à l’Université Concordia. Dans le cadre du programme Future DiverCities, il développait avec Peter Sinclair une installation-live intitulée « Ville sans voitures ». Nous avons pu profiter de leur présence et interroger Owen Chapman sur leur résidence en diptyque entre le Canada et la France.

+ d’infos : http://gmem.org/residence/peter-sinclair-owen-chapman/

 

 

 

Une rapide présentation ?

 

Je m’appelle Owen Chapman. Je suis un chercheur, créateur, artiste sonore et professeur à l’Université Concordia. Je travaille à Montréal au Québec.

 

Est-ce que tu peux nous parler du programme Future DiverCities et du projet que vous développez dans le cadre de cette résidence au GMEM Marseille ?

 

Future DiverCities est un projet européen aux multiples aspects, dont la thématique principale serait « qu’est-ce que la vie urbaine contemporaine ? Comment traitons-nous en milieux urbains les problématiques liées au numérique et à la connectivité ? ». Pour nous (Peter Sinclair et moi-même) « Ville sans voiture » est un projet artistique sonore. Nous travaillons avec le son et l’envisageons comme matériel/support majeur de la vie quotidienne. Le son, dans le cadre du projet, est attaché à des données, pas spécifiquement sonores, mais dans la finalité de notre performance elles le deviennent. C’est cette articulation, entre ce qui est sonore et ce qui ne l’est pas mais qui peut le devenir, qui nous a intéressé Peter et moi.

 

Quelle a été l’étincelle qui vous a donné l’idée de ce DATALive ?

 

Voilà déjà quelques temps que Peter et moi voulions collaborer ensemble. Nous avions participé à un projet qui s’appelait NEW ATLANTIS c’était une carte tridimensionnelle, virtuelle, et accessible par tous. Nous nous imaginions que Future DiverCities serait l’opportunité de travailler ensemble sur ces terrains déjà explorés lors de New Atlantis, mais de produire un projet artistique singulier. Ce que l’on appelle « Ville sans voiture » c’est la volonté de produire un concert de sons et données que l’on peut récolter à partir de téléphones mobiles.

 

Est-ce que tu pourrais nous donner une version de la DATA ?

 

Je trouve qu’aujourd’hui il y a beaucoup d’intentions autour du Big Data et des possibilités de son utilisation. La DATA est pensée comme une opportunité extraordinaire qui pourrait nous faire fabriquer des choses magiques et inattendues en récoltant des quantités énormes de données et en les faisant converger sur des thématiques très précises. C’est, pour moi, un rêve. Qui a de l’allure, je vous l’accorde, mais il faut aussi avoir une approche critique : donc pour moi la DATA est une source d’inspiration mais pas une source de vérité en soi.

 

Que faut-il te/vous souhaiter pour la suite ?

 

Surtout « bonne chance » ! Mais aussi nous souhaiter que les applications que nous fabriquons ne soient pas trop affectées par des changements d’Operating System, parce que c’est toujours un problème lorsque l’on travaille sur des applications ! Après 3 mois, Google ou Apple modifient le fonctionnement des appareils. Par conséquent nous devons re-programmer nos applications et ainsi retarder des délais du projet. Nous espérons donc que nos dispositifs resteront stables et fonctionnels pendant quelques années !